DES CLÉS DE RÉPONSE À LA CRISE SOCIALE DES JEUNES EXACERBÉE PAR LE CONFINEMENT

Depuis près d’un mois l’économie nationale et mondiale est paralysée par la crise sanitaire du Covid-19. Cette crise sans précédent, en mettant en sommeil une partie de l’appareil productif, souligne les failles de la protection sociale en France envers les étudiants précaires que sont les étudiants salariés.

Les étudiants-salariés, étudiants précaires par excellence, sont aujourd’hui dans l’incapacité de continuer d’exercer leur activité professionnelle alors que ces revenus sont une source vitale pour près de 54% d’entre-eux selon le rapport de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) de 2016. Le confinement exacerbe donc la crise sociale déjà présente chez les étudiants. 

La perte des revenus des emplois étudiants crée, à court et moyen terme, un problème majeur pour beaucoup d’entre eux. Les étudiants sont tendanciellement plus nombreux sous le seuil de pauvreté que le reste de la population, plus de 19% d’après le rapport de l’IGAS de 2015. La capacité de cette population à supporter une baisse importante de son revenu est limitée, sauf à compter un hypothétique soutien des familles ou aggraver les découverts bancaires. En l’absence d’un réel soutien public, la crise sanitaire deviendra nécessairement une crise sociale et de grande précarité. Il ne serait pas impossible de voir se multiplier des épisodes dramatiques telles que des pénuries alimentaires comme le soulignait un récent article de Libération. Ainsi, le Groupe Socialiste Universitaire propose dans cette étude quelques solutions pour répondre à cette crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *